Loading

La pluie s'invite à la deuxième édition de la Fête de la danse

Comme l'an dernier, la Fête de la danse, les 12/13 mai 2012, a été quelque peu perturbée par la pluie. Mais la trentaine de spectacles et de cours ont malgré tout rencontré leur public, présentant un panorama chatoyant de la danse amateur et professionnelle à Vevey.


Coordonnés par le Service culturel, les événements de ces deux jours couvraient toutes les facettes de la danse, du classique au moderne, du hip-hop à la danse de salon, du folklore à la recherche, avec quelques joyeuses gaudrioles, comme le ballet Tutti Frutti qui s'est répandu dans le marché samedi matin. On voit à droite ci-dessus, déguisée en fraise (!), l'adjointe du Service culturel Marie Neumann, qui s'est beaucoup investie dans la réussite de cette Fête de la danse.

Une dizaine d'emplacements ont offert aux amateurs des spectacles et des cours pour tous les goûts. Ils sont pratiquement tous alignés le long de la Veveyse, depuis le RKC à Gilamont, les espaces du Loft et du Yoga au CAB, la Guinguette, le dansomètre et le centre portugais au Verger, la Place de la Gare, Quai 1, la Villa St-Martin avec l'Ecole de Christine Koenig, le Théâtre, la Place du Marché et le Jardin du Rivage.
La pluie s'est invitée en fin de matinée, mais la plupart des événements avaient une solution de repli. Et le dimanche a vu un soleil radieux s'épanouir, même si la température a été très fraiche.


Proposé par le collectif culturel des Rats, un projet audacieux a pris naissance durant la nuit, de 3h à 6h, sur la Place de la Gare. Libéré pour l'occasion de toute présence automobile grâce à des barrages posés sur toutes les rues y conduisant, le rond-point a accueilli deux musiciens - piano et batterie - et une danseuse, Valentine Paley, qui ont improvisé durant trois heures par un froid mordant. Une centaine de personnes se sont relayées durant toute cette prestation, en particulier les fêtards qui sont sortis à 4h du bal Tutti Frutti de la Guinguette.



Durant tout l'après-midi du dimanche, le Théâtre a accueilli les différentes écoles de danse de la ville. Du classique au hip-hop, avec des détours par la danse orientale et l'improvisation contemporaine, une salle conquise a profité de l'occasion pour goûter à toutes les composantes de ce menu.

Ci-dessus, les danseuses aux voiles du groupe Zehil d'expression danse orientale

Ci-contre en haut et en bas, les démonstrations impressionnantes de K-Unik, avec des figures acrobatiques de break-dance. En bas, l'un des deux chorégraphes de la troupe, Mamadou.




Le Jardin du Rivage a accueilli deux représentations d'un spectacle semi-aquatique de Nathalie Dubath, dans le lac puis dans la fontaine aux hippocampes.