Loading

Le Musée Jenisch rouvre en présence d'un parterre de célébrités

Après trois ans de fermeture pour travaux, le Musée Jenisch a fêté sa réouverture samedi 23 juin 2012 en présence du gotha de la culture suisse voire européenne ! Les deux journées portes ouvertes ont permis à la toute la population de participer à la fête en visitant les collections accompagnés de guides un peu "décalés".

C'est en foule que s'est déplacée la population pour cet événement, attendu avec impatience tant par les amateurs d'art que par les responsables politiques qui avait décidé de cet investissements. Après trois ans de travaux et sept millions (dont la moitié a été trouvée auprès d'institutions et de mécènes), le "nouveau musée" a fait taire toute les critiques.
Entièrement repensé selon les nouveaux canons de la muséographie (en particulier le traitement de la lumière), réouvert sur la ville par le traitement de ses façades et la création d'un escalier public à l'ouest, redéfini dans ses espaces, le bâtiment lui-même a recueilli tous les éloges. Et les collections, tant permanentes que temporaires, ont été pour beaucoup source de surprises, tant leur richesse apparaît mieux dans cette nouvelle configuration.
La présence permanente, dorénavant, de la collection Kokoschka, dont le siège de la Fondation est à Vevey et qui occupe trois espace au Jenisch, satisfera les amateurs qui se désolaient de ne pouvoir admirer ces oeuvres.
La collection permanente occupera l'autre aile du "bel étage" (le 1er), présentant à la fois les oeuvres peintes et les gravures/ dessins dont regorgent la collection propre de la ville ainsi que les  différents fonds hébergés au Jenisch. C'est également le lieu où tourneront les expositions spécifiques du Cabinet cantonal des estampes.
Le rez-de-chaussée abritera les expositions temporaires, la première étant dédiée entièrement aux oeuvres papier, sous le titre "La tentation du dessin".


Parmi les hôtes de marque de la manifestation, on comptait parmi les plus illustres celui que certains orateurs n'ont pas hésité à nommer "le plus grand artiste vivant", Pierre Alechinsky. Il observe ci-dessus une oeuvre incongrue de Marcel Duchamps. M. Alechinsky a particulièrement apprécié que la grande salle centrale, le "Coeur" (ci-dessous), lui soit dédiée, avec quatre de ses oeuvres exposées, dont deux géantes se faisant face sur les parois est et ouest.


En présence de 300 invités, la cérémonie officielle d'inauguration s'est déroulée dans l'escalier d'honneur.

La partie oratoire a pris un tour inhabituel, en particulier en raison de sa longueur (plus d'une heure !). Mais elle a également donné la parole à des personnalités que nos institutions publiques ont rarement l'honneur de recevoir en si grand nombre.
Parmi celles-ci, le discours de Mme la Conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon (ci-contre) était attendu, dans le contexte un peu bousculé du projet cantonal de Musée des Beaux-Arts. Elle s'est révélée "bonne joueuse", en évoquant son envie à l'occasion de cette inauguration !
Après le double discours du Conservateur, M. Dominique Radrizzani (tout à droite) sur le Musée en général et sur la collection temporaire d'ouverture, ainsi que du Syndic Laurent Ballif, plusieurs orateurs ont pris la parole au nom des entités ayant contribué aux collections du Musée Jenisch.
Principale fondation privée hébergée, le Président de la Fondation Kokoschka, M. Hermann Köstler, s'est exprimé en allemand pour rappeler la volonté tant de l'artiste Oskar Kokoschka que de son épouse de voir son oeuvre exposée dans la région où il a vécu la fin de sa vie.
Représentant de Nestlé, M. Rudolf Ramsauer a confirmé la confiance de son entreprise dans les compétences des responsables du Musée et sa satisfaction de voir le résultat superbe des travaux entrepris.
Enfin, les ambassadeurs d'Italie et de France, leurs Excellences MM. Giuseppe Deodato (ci-contre au micro) et Alain Catta (en blanc l'écoutant) se sont livré une charmante joute oratoire, plutôt impromptue, qui a donné au Musée Jenisch un baptême culturel de haute tenue.




Le Musée Jenisch, qui héberge déjà depuis une quinzaine d'années la collection de dessins et de gravures du canton, s'oriente de plus en plus vers le dessin, dont il est devenu Centre national. Alors que la BD fait sont entrée sur les cimaises, certaines animéations du week-end étaient également centrée sur cet art spécifique.