Loading

Le Festival Images'08 officiellement lancé les 10 et 11 septembre 2008

Le Festival Images'08 est un tel foisonnement d'événements qu'il a fallu deux jours pour l'inaugurer! L'ouverture officielle a eu lieu au Rex mercredi 10 septembre 2008 en présence du gratin de la culture nationale et cantonale, alors que le chapelet de vernissages des expositions s'est déroulée jeudi 11 septembre.

La soirée du mercredi, au cinéma Rex, marquait l'ouverture officielle de la manifestation et mettait l'accent sur les deux points centraux du Festival Images: le Grand Prix Photo et le Grand Prix Cinéma. Animée par MM. Pierre Smets, délégué à la communication de la ville de Vevey, et Stefano Stoll, délégué culturel et directeur artistique du Festival, elle accueillait près de 300 personnes du monde culturel suisse et vaudois.

 

Le vainqueur du Grand Prix Photo Geert Goiris (à droite) commente les photos qui sont projetées en présence de Claude Baechtold (au centre) et de Pierre Smets.


Après l'ouverture par le Syndic Laurent Ballif, également Président de la Fondation Images, le message de soutien apporté tant par Mme Brigitte Waridel, Cheffe du Services des affaires culturelles au canton, que par M. Jean-Christophe Jauslin, Directeur de l'Office fédéral de la culture, avait de quoi réchauffer le coeur des organisateurs de la manifestation. Les administrateurs en chef de la culture cantonale et nationale ont tous deux souligné la parfaite adéquation entre ce que cherche à réaliser Vevey avec ce festival - le mariage entre culture installée et jeunes créateurs, rencontre de l'art dans la rue avec le grand public - et les objectifs que se fixent les gouvernements cantonal et fédéral en la matière.

 


C'est dans le même sens que s'est exprimé M. Stefano Stoll, en faisant un bref historique de la réorientation qu'il a dû insuffler après les éditions 2004 et 2006 du Festival. Le comité de la Fondation Images l'a clairement mandaté afin de donner une impulsion en vue d'une plus grande ouverture à l'art contemporain et d'une meilleure accessibilité en général des expositions. Avec l'engagement d'un secrétaire générale en la personne de M. Raphaël Biollay, l'équipe s'est mise au travail d'arrache-pied et a défini le concept qui a servi de fil rouge pour la mise en scène de la manifestation: "Image-in-air". L'aspect imagination se doublait ainsi de la volonté de montrer les images dans la rue, ce qui a déterminé les choix faits en matière de lieux d'exposition (surtout en plein air) et les supports utilisés (grandes bâches ou panneaux visibles sur les murs).


Marie-Eve Hildbrand (à droite) a enchanté le public avec son film, tourné au sein de sa famille dans le Jorat. Quant à Maja Gehrig, les quelques secondes de son film d'animation coquin avaient de quoi rendre impatient de voir l'oeuvre finie.

Les différents prix avaient déjà été attribués l'an dernier, puisque le principe du Festival Images est que les vainqueurs sont choisis durant les années impaires, et qu'ils ont ensuite 8 à 12 mois pour réaliser le projet pour lequel ils ont été couronnés. En ce qui concerne le cinéma, les trois prix du premier films n'ont pas débouché sur des "produits identiques". Le soutien du canton est allé à Mme Marie-Eve Hildbrand, qui a présenté un ravissant court-métrage d'une vingtaine de minutes intitulé "Les seins". Il raconte l'histoire d'une petite photo trouvée dans le grenier familial et montrant ce qu'on pense être la poitrine dénudée de la mère de famille. Par un subtil jeu d'interviews croisés, la jeune cinéaste vaudoise réussit à décortiquer la rencontre amoureuse de ses parents, le tout avec une totale pudeur et un humour rafraichissant. La projection a rencontré un vif succès auprès du public pourtant blasé de cette première.
Le second film, celui ayant bénéficié du soutien de la Confédération, n'était pas encore achevé, mais les spectateurs ont pu suivre un "making of" très intéressant du travail d'animation choisi par la réalisatrice lucernoise Maja Gehrig, ainsi qu'une trentaine de secondes de tournage achevé. Quant au troisième prix, comme cela est déjà arrivé par le passé, le réalisation n'a pas pu se faire et la bénéficiaire n'a donc pas pu présenter de film.

Enfin, la présentation du travail des lauréats des différents prix de photographie a été assurée par un membre du jury, en la personne de M. Claude Baechtold, vainqueur du Grand Prix 2006. Il y a deux ans, il avait déjà fait le spectacle en prodiguant son humour décalé durant la cérémonie, et il s'est attaché à faire de même cette année dans son nouveau rôle. Les oeuvres des vainqueurs ont été projetées à l'écran en même temps que M. Baechtold faisait son commentaire (celui du jury) et que les auteurs venaient sur scène.

Les quatre vainqueurs de prix spéciaux de la Photographie (de g. à d.): Stefan Habermann, Katharina Bosse, Arnaud Lesage, Martin Kollar.

Une animation sympathique de cette soirée a été ces curieux personnages-télés (ci-dessus), déjà vus à Paléo l'an dernier, qui interpellaient les visiteurs en mêlant message enregistré et conversation directe.

Au terme de cette soirée copieuse au Rex, les invités furent conviés à la salle del Castillo où se déroulait la partie festive. Le chemin indiqué pour ce déplacement les faisait passer le long des vitrines des Galeries du Rivage, où ils ont pu admirer les époustouflantes "boîtes lumineuses" (ci-dessus) présentant les photos couleurs de Balthasar Burkhard prises à Cuba. Un spectacle à découvrir d'urgence, mais de préférence une fois la nuit tombée.


La salle del Castillo, où s'est déroulé le buffet officiel, avait été décorée par des projections lumineuses qui s'accrochaient artistiquement aux échaufadages.

A la salle del Castillo est exposé le montage représentant le logo du Festival constitué des portraits polaroïds réalisés cet été dans tout le canton. 

 

La fin de journée du 11 septembre était dévolue aux vernissages individuels des différentes expositions, avec comme points forts les deux événements dans les musées veveysans, Musée suisse de l'appareil photographique (MSAP) et Musée Jenisch.

 

Au MSAP, ce fut l'occasion pour le conservateur M. Jean-Marc Yersin d'évoquer la polyvalence d'Yvan Dalain, présent dans ces murs pour ses photos, mais dont les films passent également au Rex 4 dans le cadre de la rétrospective filmée et qui est aussi présent à la bibliothèque pour ses livres.

Le Musée vernissait également sa seconde exposition inscrite dans le cadre d'Images'08, celle du mythique appareil Sinar. Il s'agit là de la présentation d'objets très rares et jamais réunis en un seul lieu précédemment.

M. Jean-Marc Yersin, conservateur du Musée suisse de l'appareil photographique.

 

Mme Séverine Pache, commissaire de l'exposition Yvan Dalain.

Les organisateurs d'Images'08 avaient prévu quatre postes d'information à l'intention des visiteurs pour cette série de vernissages, de la gare à la place du Marché et jusque devant la prison. Commencée à 17h30, la visite conduisait à la nouvelle galerie LAC, aux Anciens-Fossés, qui accueille les expositions des vainqueurs des prix Photo ainsi que du prix Nestlé. Ensuite, on pouvait soit aller voir les conteneurs maritimes échoués sur la place Scanavin pour héberger le Grand Prix Photo, le Belge Geert Goiris et ses images du Pôle Sud, soit passer sous la Grenette et à la galerie Clément, rue des Deux-Marchés, où sont exposées les superbes oeuvres en noir-blanc du Marseillais Gilbert Garcin.
Tous les autres lieux d'Images'08 avaient mis sur pied des événements particuliers pour l'occasion, mais il est évident qu'il n'était pas possible de tout voir. Rappelons que les expositions sont visibles jusqu'au 30 septembre, l'entrée étant gratuite dans tous les lieux.


Les superbes photos en noir et blanc de Garcin impressionnent tous les passants, qui ne peuvent pas manquer de remarquer les grandes bâches installées entre les colonnes de la Grenette. Les deux grandes oeuvres fixées au fond du couvert, sur le fond blanc du bâtiment, ont un tel succès que nombreux sont ceux qui désireraient les voir installées à demeure.
A l'occasion du vernissage du 11 septembre, ICI-TV a réalisé une interview de Gilbert Garcin, qui a passé quelques jours à Vevey et semble avoir beaucoup apprécié son séjour et la rencontre avec ses jeunes confrères.

   

Le point culminant de cette soirée devait être le vernissage de l'exposition Balthasar Burkhard au Musée Jenisch, dont les salles ont été envahies par une foule impressionnante. Les grands formats de l'artistes trouvent dans les locaux très hauts du Jenisch des conditions idéales, et les amateurs ne bouderont certainement pas un plaisir dont ils étaient privés depuis 1997, date de la dernière exposition de Burkhard. Signalons que le Cabinet cantonal des estampes du Musée Jenisch abrite le dépôt complète des héliogravues de Burkhard, qui sont également exposées pour l'occasion.

Le conservateur du Musée Jenisch, M. Dominique Radrizzani, a accueilli les visiteurs à l'occasion du vernissage de l'exposition Burkhard. Le micro était installé à proximité de la photo grandeur nature d'un éléphant, oeuvre emblématique de cette exposition.

L'artiste Balthasar Burkhard a fait un peu patienter ses admirateurs en effecutant une visite détaillée de Vevey avant de se rendre au Musée Jenisch. Par contre, sa disponibilité a été remarquée par les personnes présentes, qui ont apprécié de pouvoir le cotoyer en toute simplicité.


Les oeuvres de Burkhard impressionnent d'une part par leur format, occupant parfois toute la hauteur des salles d'exposition (à gauche, La Vague), ou se déclinant en plusieurs panneaux pour étendre leur emprise (ci-dessus Le Bras).

En deuxième partie de soirée, les invités étaient conviés à inaugurer la composition réalisée à la Salle del Castillon à partir de 900 polaroïds durant tout l'été en Suisse romande. Ces photos-portraits, tirées sur des fonds de couleur différentes, constituent une reproduction gigantesque du logo d'Images'08, où chacun peut s'amuser à aller rechercher son visage.
Au fond de la salle del Castillo, une installation interactive fait participer le public à un jeu d'ombres chinoises électroniques fort étonnant. Les enfants adorent, et les adultes y retrouvent leur âme d'enfant (photo ci-dessous).


Après la vision du premier film de la rétrospective Yvan Dalain, "Sacré Ulysse", au Rex 4, il était possible de revenir à Castillo pour un concert du groupe rock-électro veveysan Solange Lafrange, qui a attiré environ 200 personnes malgré le jour de semaine.
Ci-dessus, les trois intervenants qui ont animé la première soirée de la rétrospective Dalain (de g. à d.): Yves moser, directeur de Cinérive; Raymond Vouillamoz, qui a bien connu Yvan Dalain lorsqu'il était à la tête des programmes de la TSR; Francis Reusser, cinéaste qui a présenté un petit film-hommage à Yvan Dalain en début de soirée. 

   




 

Dans cette rubrique